Prédateurs et nuisibles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prédateurs et nuisibles

Message par leporcq rémi le Ven 21 Aoû - 20:44

Prédateurs et nuisibles
Qui nuit, qui fait tort à quelque chose, à quelqu'un ; dangereux, néfaste
Se dit d'une espèce animale dont la présence cause des dommages, en particulier au éleveur avicole.
Je ne vous dis pas qu'il faut éliminer ces animaux de la surface de la terre, car toutes espèces à le droit à la vie. Mais nous pouvons éviter leurs intrusions dans nos constructions et en prenant d'énormes précautions

                                         Le rat noir :

Corps robuste, museau normal, fourrure peu épaisse, belle et lustrée
Oreilles bien développées
Queue écailleuse, longue, plus longue que la tête plus le corps
Tête plus corps : 16 à 23 cm
Longueur de la queue : 17 à 28 cm
Poids : 100 à 200g
On le trouve partout en France.
C ' est un habitant des endroits secs (greniers, les lieux en hauteur...)
Omnivore, il mange ce qu' il trouve autour de lui
De nature méfiante, il évite les pièges et tout ce qui est nouveau pour lui.

Le rat d'égout ou surmulot

Corps robuste, tête bien dégagée, museau allongé assez pointu
Oreilles de longueur moyenne
Queue écailleuse, longue, annelée, plus courte que la tête plus le corps
Tête plus corps : 19 à 26 cm
Longueur de la queue : 16 à 20 cm
Poids : 200 à 475g
C'est le plus répandu en France. On le trouve surtout dans les lieux bas et humides
Il lui faut toujours un point d'eau à proximité, car ses besoins en eau sont énormes
Omnivore, il mange ce qu' il trouve autour de lui
Il cause d'énormes dégâts en rongeant portes, boiseries, câbles électriques, canalisations..
Il est vecteur de maladies par l ' intermédiaire de ses puces (fièvre aphteuse, typhus, peste)

La souris

Petite taille, museau pointu, œil petit et noir
Oreilles larges et longues
Queue longue revêtue de poils noirs et très fins
Odeur caractéristique due à son urine
Tête plus corps : 7 à 9 cm
Longueur de la queue : 5 à 7 cm
Poids : 10 à 20g
Durée de gestation : 21 jours
Portée : de 6 à 8 petits
Nombre de portées par an : 4 à 6 pouvant aller à 10
Durée de vie : 2 ans
On la trouve dans tous les locaux dévorant toutes les denrées alimentaires et s ' attaquant aux papiers, livres, lingerie, isolants...
Elle sort de préférence la nuit, mais aussi en plein jour dans les locaux inhabités. Ses besoins en eau sont minimes.

La fouine :

La taille et l'aspect de la fouine sont proches de ceux de la martre, mais elle est légèrement plus trapue. C'est un animal au pelage uniformément brun, si l'on excepte une bavette blanche sur la gorge et la poitrine. Contrairement à la martre, sa bavette se divise en deux et se prolonge sur les pattes antérieures. La bavette de la fouine est moins jaunâtre que celle de sa cousine. Elle diffère aussi de la martre par la plante des pieds non-velue, des oreilles plus petites et plus étroites, un museau plus court et plus large. Comme c'est le cas chez tous les mustélidés, le mâle est nettement plus gros que la femelle. Le corps de la fouine mesure environ 45 à 55 cm jusqu'à la queue. Celle-ci représente la moitié de la longueur du corps. Son poids varie de 1.3 à 2,3 kg.
La fouine a su s'adapter à de nombreux environnements. Selon les régions, elle occupe des habitats très différents. Elle fréquente les espaces découverts, les prairies à proximité d'eau, les coteaux rocailleux, les bois de feuillus et leurs lisières, mais aussi les forêts de montagne jusqu'à 2 400 mètres (au-dessus de la limite des arbres). Les carrières constituent aussi un lieu de gîte apprécié par les fouines. En Suisse, dans le nord et l'est de la France, et au sud de la RFA, elle est très fréquente dans les agglomérations, gîtant dans les granges et les greniers.
La fouine s'abrite dans un arbre creux, un tas de pierres, une carrière, un grenier, une grange, une ruine, un garage. Elle se creuse parfois un terrier.
La fouine est un animal aux activités essentiellement nocturnes. Elle se déplace avec souplesse, grimpe avec agilité, est capable de bonds importants, et nage très bien. Elle est aussi agile que la martre dans les arbres, mais est moins assurée sur les troncs, elle chasse surtout au niveau du sol. Les territoires de chasse sont très variés : lisières des bois, haies et talus, vergers, jardins et abords des habitations. Ils peuvent concerner une aire de 50 à 150 ha et jusqu'à 300 pour certains individus. En ville, il est très petit et la fouine le parcourt plusieurs fois chaque nuit. À la campagne, elle est généralement solitaire, mais en ville 4 ou 5 Fouines peuvent se nourrir ensemble. Sa voix est semblable à celle de la Martre, mais elle est beaucoup plus bruyante même en dehors de la période de rut. Elle lance des chuintements.
Pendant la journée, la fouine gîte dans les anfractuosités de rochers, les vieux terriers de renards, les taillis d'épineux, les tas de bois ou de brindilles, les vieux murs, les greniers et autres endroits où elle peut se cacher. Elle n'hiberne pas.
Devenue une commensale de l'homme, la fouine peut provoquer des dommages. Dans les greniers où elle s'installe, elle peut endommager les panneaux d'isolation et les câbles électriques. En Europe centrale, elle a pris l'habitude de s'abriter sous le capot des voitures, où elle détériore les fils électriques. Elle s'attaque également aux câbles électriques dans les transformateurs et les gares. Ces dégâts sont souvent provoqués par les jeunes qui mordillent à peu près tout pour en tester la comestibilité. À l'automne, les dégâts sont moins nombreux, car les jeunes ont acquis de l'expérience. Opportuniste, la fouine est capable de s'adapter à différents aliments. Son régime alimentaire est composé de petits animaux de toutes sortes. Elle est aussi capable de s'attaquer à un lapin ou a une poule ou aux pigeons. Cependant, l'alimentation de la fouine est constituée pour une bonne part par les petits mammifères et ils représentent de loin les proies principales en hiver. Les espèces les plus fréquemment capturées sont les rats, les souris, les campagnols, les mulots, les musaraignes et le surmulot. Elle est d'ailleurs l'un des seuls carnivores proches de l'homme à attaquer avec succès à ce rongeur.
La fouine se nourrit également d'oiseaux et d'œufs, de vers de terre et d'insectes, ainsi que de fruits. Localement, elle est presque entièrement frugivore, insectivore et détritivore, car elle ne dédaigne pas ni les charognes, ni les détritus ménagers abandonnés par les hommes.
Du fait de ses préférences alimentaires pour les rongeurs, et de la prédation qu'elle exerce sur le "rat d'égout", on peut affirmer que la fouine nous rend service en assurant une sorte de police sanitaire. Elle est souvent actuellement persécutée sans remords alors qu'à l'époque romaine, elle était adoptée pour capturer les souris et dératiser les habitations.La fouine a une très mauvaise réputation. Deux reproches sont parfois adressés à la fouine :
Ses sarabandes nocturnes, surtout en période de rut, qui sont la cause de bruit dans les greniers ou les faux plafonds ;
Ses incursions dans les poulaillers et les pigeonniers mal fermés la nuit qui se ponctuent par la perte de volailles.
Compte tenu de son rôle positif dans la lutte contre les rongeurs qu'il est préférable de lui laisser assurer, il ne faut donc ni la piéger, ni l'empoisonner. Outre qu'il s'agirait de pratiques cruelles, ce serait de fausses solutions, car d'autres fouines occuperaient la place laissée vacante par l'élimination des premières. Chaque soir, fermer soigneusement les portes des poulaillers et des pigeonniers
Obturer les accès aux greniers et autres lieux. Veiller à ne pas emprisonner la fouine à l'intérieur. Effectuer ce travail à l'automne quand les jeunes ont abandonné leur gîte ou poser des manchons grillagés qui permettront la sortie, mais interdiront toute entrée.
Badigeonner les lieux fréquentés avec un répulsif. Si l'on n'apprécie pas d'utiliser des produits tel le pétrole ou le carbolineum, mieux vaut les remplacer par un parfum de basse qualité efficace à coup sûr.

La martre :

a un pelage d'un brun avec une bavette jaunâtre sur la gorge. La bordure et l'intérieur des oreilles, qui présentent une forme arrondie, sont de coloration plus pâle (brun clair à blanchâtre) que le pelage. Sa grande queue touffue, deux fois moins longue que le corps et possède des plantes de pieds très velues. Elle diffère de la plupart des autres Mustelidae par ses pattes assez longues. La femelle est plus petite que le mâle.
Elle diffère de la fouine par sa bavette plus jaunâtre et plus courte. Chez la fouine, la bavette se divise en deux et descend souvent sur les pattes avant. Ses oreilles sont également plus longues, et plus, larges, la couleur du museau noir est rose chair chez la fouine.
De la tête au corps, la martre mesure environ 36 à 56 cm pour un poids de 800 gr à 2,2 kg. Le mâle est plus grand que la femelle.
Animal essentiellement forestier, la martre est présente dans les espaces boisés de superficie importante qui présentent une grande homogénéité d'espèce (forêts de résineux, de feuillus ou mixtes). Elle évite souvent les clairières dans la journée et généralement se tient à l'écart des habitations, mais s'installe parfois dans un grenier pour élever ses petits. Dans les Alpes et les Pyrénées, on la trouve jusqu'à 2 000 mètres sans toutefois dépasser la limite des arbres.
La martre s'abrite généralement dans des cavités d'arbres situées en hauteur, ainsi que dans les abris d'oiseaux de proie, les nids de Pic noir, les vieux nids d'écureuil ou les grands nichoirs (chouette). Lorsqu'elle ne trouve pas ces abris arboricoles, elle se dissimule alors dans des crevasses de rochers, des tas de brindilles. Elle s'installe parfois dans un terrier de Blaireau (occupé ou non).La martre est un animal solitaire, mais dont le comportement territorial est peu marqué. Mâles et femelles occupent des territoires proches. Très souvent, les domaines vitaux se chevauchent partiellement ou complètement. La martre a des mœurs sont presque exclusivement crépusculaires et nocturnes, mais en été, elle est active aussi le jour (contrairement à la fouine). En général, seuls les jeunes et leur mère se déplacent dans la journée (entre juin et septembre). En hiver, elle est rarement active de jour. Pour chasser la nuit, elle parcourt de 300 mètres à 28 km. Les sujets nomades franchissent 18 à 25 km, et même plus de 30 km en une seule nuit.
Excellente grimpeuse, la martre parvient à grimper rapidement jusqu'à la cime des arbres en progressant de branche en branche de façon saccadée comme l'écureuil roux, en enserrant le tronc ou les branches, grâce à des griffes qui lui assurent une bonne prise, qu'elle ait la tête vers le haut ou le bas. Elle est aussi agile et rapide que l'écureuil dont elle est prédatrice. En Sibérie, elle les suivrait même dans les régions où ils migrent. Elle se déplace aussi beaucoup à terre quand elle chasse. Quand elle a capturé une grosse proie, elle la hisse dans un arbre pour la dévorer sans subir la concurrence des autres carnassiers.
La martre n'hiberne pas, car le pelage épais de sa plante des pattes lui permet de se déplacer rapidement sans s'enfoncer dans une neige peu compacte. Dans les régions froides, elle est diurne en hiver et passe la nuit dans un abri pour se protéger des températures inférieures à - 30° C. Les abris sont dispersés dans son domaine vital ; une demi-douzaine est fréquentée régulièrement et beaucoup d'autres le sont une seule fois ou irrégulièrement.
La martre a un régime alimentaire très varié, différent selon les saisons et les régions. Elle est carnivore, insectivore et frugivore. En hiver, les cadavres forment 30 à 40 % de l'alimentation. La martre consomme environ 150 gr de nourriture par jour, soit 20 % de son poids corporel.
La martre se nourrit de petits rongeurs. Le campagnol agreste (Microtus agrestis) représente de 20 à 80 % du régime selon la saison et la région, les musaraignes (5 %). Elle se nourrit également de campagnol roussâtre et de mulots en petit nombre. Lorsque le lapin abonde, il peut remplacer les campagnols. En Scandinavie, l'écureuil roux représente 10 % de son régime alimentaire lorsque les petits rongeurs sont nombreux, mais jusqu'à 50 % s'ils sont rares. Campagnols et lemmings peuvent former 100 % de l'alimentation s'ils pullulent.
D'avril à septembre, elle peut se nourrir de batraciens (10 à 20 % du régime). Du début de l'été à la fin de l'automne, la martre consomme des baies et des fruits (jusqu'à 50 à 70 % du poids de la nourriture). Localement, en Suisse et en Irlande, elle peut être presque entièrement frugivore durant 6 à 7 mois de l'année. En été, la martre mange beaucoup de coléoptères (scarabées et carabes). En août et septembre, les nids de bourdons peuvent représenter plus de 30 % du régime.
Son régime alimentaire comporte aussi dans une moindre proportion des œufs, des oisillons et des oiseaux. D'avril à septembre, les passereaux forment jusqu'à 30 % du régime (merle, grive, pinson, troglodyte, mésange, etc.). Les pigeons et les pics sont chassés toute l'année. Elle s'attaque aussi aux faisans d'élevage lâchés dans la nature par les chasseurs.
La martre ne s'approchant pas des habitations humaines, les captures de volailles domestiques ne peuvent être qu'exceptionnelles et ne figurent d'ailleurs pas dans l'énumération des proies établies lors des travaux de recherche scientifique mas preuves arriver

Le Putois :

mesure de 35 à 45 cm (jusqu'à 60 cm avec la queue), la femelle étant plus petite que le mâle. Le mâle pèse de 1 et 1,5 kg, la femelle 500 à 600 g. C'est un mustélidé au pelage brun foncé sur le dos et brun noirâtre sous le ventre. Son pelage du dos et des flancs présente des reflets dus à un sous-poil blanchâtre à jaune ocre. Il porte un masque blanc et noir caractéristique sur la tête, avec du blanc au bout du museau et entre les yeux et les oreilles, qui portent aussi un liseré clair. Il est bien plus foncé en été qu'en hiver. Sur les flancs, la bourre jaunâtre transparaît à travers les poils de jarre foncés mais clairsemés. Les jeunes ont un pelage jaunâtre le premier hiver et muent en mai-juin.
Le furet représente la forme domestique du putois dont il est probablement issu et avec lequel il s'accouple. La distinction entre certains furets vivant en liberté et les métis de Furet et de Putois est probablement impossible d'après les caractères externes.
L'habitat du putois est situé surtout dans les plaines boisées comportant des champs et des prés, ainsi que les lieux humides, comme les bords des rivières, les marais et les prairies proches de l'eau. Il peut vivre aussi également dans les lieux secs (steppes, friches boisées). On le rencontre souvent aux environs des fermes.
Le putois creuse son terrier ou s'installe dans une vieille garenne, une crevasse de rocher ; il tapisse cet abri avec de la mousse et de l'herbe.Le putois se nourrit essentiellement de rongeurs : rats musqués, surmulots, lapins de garenne.
Le putois capture aussi :
- Des batraciens (crapauds et grenouilles),
- Des poissons,
- Des reptiles (même des vipères),
- Des insectes,
- Des vers,
- Des charognes,
- Et des fruits en automne.
-ainsi que de volailles et pigeons
Le putois est un des rares prédateurs à s'attaquer au rat musqué, mais aussi au surmulot, et "avec succès" comme le précise la Revue nationale de la chasse de décembre 1988. Son rôle positif est reconnu par l'Office National de la Chasse. Selon l'ONC, c'est "un des carnivores les mieux placés pour exercer un rôle non-négligeable sur les populations de surmulots, de rats musqués et de lapins contre lesquels l'homme doit mener une lutte coûteuse". Bulletin mensuel n° 98. On estime à un millier le nombre de petits rongeurs détruits chaque année par ce prédateur.
Le putois est-il cause de problèmes ? Indéniablement, les problèmes ne peuvent être importants, car il joue un rôle infiniment plus positif que négatif. S'il pille parfois les poulaillers, et les pigeonniers c'est parce que ceux-ci sont mal entretenus (planches disjointes, grillage troué, portes disloquées ou fermant mal). On peut donc prévenir facilement les rares dommages. Dans le cas des poulaillers ou autres petits élevages familiaux, l'examen des lieux permet de trouver des parades faciles et efficaces aux très rares incursions du putois. Il suffit le plus souvent de remplacer un grillage rouillé, de consolider les parois ou de changer les gonds, de la porte, et de la fermer le soir ainsi que ces trappes d'accès.

La belette :

est le plus petit carnivore présent sur le continent européen. Ce mammifère au corps cylindrique et aux courtes pattes mesure sans la queue, 16 à 19 cm pour la femelle, et 18 à 22 cm pour le mâle. Elle se distingue de l'hermine légèrement plus grosse, par les motifs irréguliers délimitant le brun du dessus et le blanc du dessous. La limite entre les deux colorations forme des dents scie caractéristiques. Dans le nord de l'Europe et en haute montagne, la belette adopte généralement un pelage d'hiver blanc, alors que dans le centre, le sud et l'ouest, sa coloration ne change pas, même si de façon occasionnelle celui-ci présente des taches blanches. Elle diffère également de l'Hermine par sa queue plus courte, sans pinceau noir au bout. La queue, plus longue chez le mâle mesure de 5 à 6,5 cm et de 4 à 5,5 cm chez la femelle. La belette se reconnaît également aux petites taches brunes sur fond blanc situées dessous des commissures des lèvres. Le poids moyen de la belette varie de 60 grammes (femelle) à 110 grammes (mâle).
La belette peut vivre dans tous les environnements naturels, sauf dans les zones humides de grande superficie. Elle fréquente les lisières de bois, les haies, les talus, les buissons, les broussailles, les villages et les hameaux, les montagnes, et les plaines céréalières où pullulent les campagnols. Dans les Alpes, elle est présente jusqu'à 3 000 mètres d'altitude. La plupart du temps, elle vit dans zones cultivées et en périphérie des localités, partout où il y a des proies et des abris.
Son gîte est situé sous un tas de pierres, dans un trou de mur, un creux entre les racines d'un arbre, ou une meule de foin. Il est garni par les poils et les plumes de ses proies.
La belette a une activité est quasiment autant diurne que nocturne ; quelques heures d'activité sont suivies de plusieurs heures de repos. Elle passe cependant beaucoup de temps à la recherche de nourriture, de jour comme de nuit et en toute saison, car elle doit manger tous les jours pour ne pas mourir de faim. D'ailleurs, sa vision, adaptée pour le jour et pour la nuit, distingue bien les formes et elle est capable de percevoir les sons qui atteignent 61 kHz, ce qui facile sa chasse nocturne.
La belette est un animal solitaire, qui ne tisse aucun lien entre adultes. Elle dispose d'un espace vital représentant de 1 à 25 hectares selon le sexe et la région. Le domaine d'un mâle recouvre ceux de plusieurs femelles. Alerte et rapide, elle se déplace principalement par des sauts rapides qu'elle ponctue fréquemment de courtes haltes, se dressant souvent à la verticale pour observer les alentours (« fais la chandelle »). En une seule nuit, elle peut parcourir jusqu'à 2 km. La belette peut courir extrêmement vite, mais elle saute et grimpe sans aucune difficulté. Grâce à un corps très menu, la belette peut facilement visiter les galeries de rongeur.
Lorsqu'elle est menacée, elle émet des sifflements d'alarme, des trilles aigus ou un bref aboiement. La belette chasse essentiellement des rongeurs, campagnols en particulier, qu'elle poursuit jusque dans leur galerie. Son régime comporte de 60 à 80 % de campagnols et de souris. Chaque belette détruit plusieurs centaines de campagnols par an, elle est donc un des animaux les plus utiles dans la lutte contre les rongeurs en agriculture. Plus rarement, il lui arrive de capturer un lapereau, un oiseau, des œufs, un amphibien, un reptile ou de gros insectes. La ration quotidienne des mâles représente 33 % de leur propre poids (36 % chez les femelles non-reproductrices). Malgré les travaux scientifiques, qui ont prouvé son utilité en agriculture, pour ses importantes destructions dans les populations de petits rongeurs, la belette, à cause de croyances et de préjugés, est toujours classée parmi les animaux nuisibles, et donc susceptibles d'être chassée et piégée.
Les rongeurs constituent invariablement la proie principale de la belette" Encyclopédie des carnivores de France. "Si elle s'approche des basses-cours, c'est pour capturer les rongeurs attirés par les graines, et non les volailles.

L'hermine :

L’Hermine est mince et souple comme la belette, à qui elle ressemble beaucoup. Elle s’en distingue par sa taille plus grande, sa queue proportionnellement plus longue et toujours noire au bout, et par une ligne de démarcation nette entre le brun-roux du dessus et le blanc du dessous. La longueur totale du corps est, pour le mâle, de 16 à 31cm, avec une queue de 6 à 12cm pour la queue. Le poids d’un mâle varie de 130 à 445 g et celui de la femelle de 130 à 280g
L’hermine chasse les campagnols, certains oiseaux et parfois des lapins. Là où elle s’était spécialisée dans la capture des lapins, leur disparition, après le passage de la myxomatose, l’a forcé à changer de régime. Elle peut donc attaquer des proies plus grosses qu’elle au cours d’une période de chasse. Les jeunes se dispersent en juillet-août de leurs 1 ” années (saison de reproduction), surtout les mâles, qui peuvent aussi se disperser à d’autres saisons. Les femelles s’installent généralement près de leur lieu d’origine.
L'Hermine est commune. Les effectifs varient selon l’abondance des proies (petits Rongeurs et lapins). Elle grimpe bien. Repère ses proies à l’odeur et les tue en les mordants à la nuque (s’accroche à la nuque des plus grosses et les griffes avec ses pattes antérieures). Fourrure d’hiver estimée jadis. La croissance du pelage au printemps et en automne est déclenchée par la longueur du jour, mais la décoloration en automne dépend de la température et de l’hérédité. Il arrive que les mâles s’accouplent avec de jeunes femelles non sevrées et encore au « nid », qui sont donc gestantes (implantation différée) avant d’être adultes


avatar
leporcq rémi
Admin
Admin

Messages : 285
Date d'inscription : 07/10/2014
Age : 58
Localisation : jeumont

http://sottobanca.forum-officiel.com

Revenir en haut Aller en bas

Les mammifères.

Message par leporcq rémi le Ven 21 Aoû - 20:50

Le renard

Est un mammifère. Il est carnivore, il fait partie de la famille des canidés.
Il vit en bordure des forêts et se cache dans un terrier. Ce terrier est haut et profond. Il le creuse, mais le plus souvent, il occupe celui d'un autre animal (le blaireau, par exemple).
Son souci majeur est de ménager son terrier sûr et très bien caché. Dès qu'il sent qu'un de ses ennemis l'a découvert, sans hésiter, il change d'habitation.
De taille moyenne, le renard possède un museau long et pointu, de larges oreilles bien dressées au-dessus de sa tête et une superbe queue longue et touffue. Il mesure entre 60 et 90 centimètres. Son pelage est brun-roux, mais peut varier du jaune au brun. Son ventre est blanc.
L'extrémité de la queue est blanche. Le renard possède cinq griffes aux pattes avant, mais les pattes arrière n'ont que quatre griffes. Il a des moustaches sur le museau. C'est un vertébré, il a une colonne vertébrale. La longueur du renard est d'environ 110 à 130 centimètres.
C'est un animal rusé et très vorace. Son poids, de 6 à 7 kilos, peut atteindre parfois 13 kilos. Il s'adapte à beaucoup de situations. La fourrure change de couleur et d'épaisseur en fonction du climat. Il nage dans l'eau, il chasse la nuit, et même dans l'eau. Le renard s'approche de plus en plus des villes, car il y a de moins en moins de forêts.
Le renard est carnivore, ce qui signifie qu'il mange de la viande, des poules, des pigeons, des mulots et des souris. Il se nourrit aussi d'œufs, de lézards, d'insectes, de charogne, et même de fruits et de baies. À la tombée de la nuit, il se glisse entre les herbes avec précaution, prêt à agir. Presque tous les petits animaux doivent le craindre. Il mange aussi les restes des poubelles.

Le chat

Le chat sauvage refuse la domestication. On trouve des chats sauvages dans l'Est de la France et dans les Pyrénées.
Mais aussi en Écosse, Espagne, Italie, Ouest de l'Allemagne, ... Ils ont tous la même robe ou pelage. Le crâne du chat sauvage est plus grand que celui du chat domestique.
Le Chat Sauvage Felis silvestris, nom latin du chat sauvage. Famille felidae, Ordre carnivores. Taille : longueur de 48 à 68 cm, hauteur 35 à 40 cm, poids 3 à 7 kg. Il possède 30 dents. Pelage Tigré semblable au chat domestique, une tache blanche sur la gorge et une raie noire qui suit la colonne vertébrale, queue annelée. Longévité de 10 à 12 ans maximum (souvent beaucoup moins) Description Semblable au chat domestique, mais plus massif. Le Chat sauvage ressemble à un chat domestique « tigré », mais bien plus robuste et massif, au pelage épais, rayé et non tacheté. Il est reconnaissable surtout par sa queue touffue, arrondie et noire à l’extrémité, toujours traversée par une série de 3 à 5 anneaux noirs et larges. La queue des chats harets (Chat domestique retourné à l'état sauvage) et des métis (croisement entre Chat domestique et Chat sauvage) ressemble à celle du chat domestique (plus fine, pointue au bout avec des anneaux moins nets). L'œil a un iris jaune, le nez est rose. Souvent, le chat sauvage a une tache blanche au niveau de la gorge et une raie noire longitudinale le long de la colonne vertébrale Chat sauvage est carnivore. Il consomme surtout des petits Rongeurs (campagnols) et de jeunes Lagomorphes, oiseaux, assez rarement des grenouilles, poissons et insectes, exceptionnellement agneaux et faons de Chevreuil. Il absorbe également de l’herbe, sans doute pour empêcher la formation de boules de poils dans l’estomac (comme le chat domestique). Il préfère chasser en terrain dégagé (champs, prairies, clairières) plutôt qu’en pleine forêt.
il peut faire certain dégât s'il pénaitre dans le poulailler ou le pigeonnier,Protégé depuis 1979, le chat sauvage est encore victime de pièges ou de coups de fusil. L’homme a failli l’exterminer à cause de son goût pour le petit gibier et les animaux domestiques, notamment les volailles et les pigeons
Il est vrai qu’une seule nuit, une chatte peut parfaitement égorger une trentaine de poules pour nourrir sa portée.
avatar
leporcq rémi
Admin
Admin

Messages : 285
Date d'inscription : 07/10/2014
Age : 58
Localisation : jeumont

http://sottobanca.forum-officiel.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum